Kodawari Ramen, 29 Rue Mazarine, 75006 Paris, France

Passion. Si un seul mot devait décrire la nouvelle adresse de Ramen (encore une me direz-vous) qui a ouvert la semaine dernière à Paris, c’est bien celui là qui décrirait le mieux Kodawari Ramen. Et original. Jusqu’ici, la révolution des nouilles Japonaises à Paris était passé par le porc et ici, le bouillon est à base de… poulet ! pourtant, rien de nouveau sous le soleil, le poulet ayant été depuis toujours utilisé pour réaliser des soupes. Mais c’est la première fois qu’un restaurant Parisien construit sa carte sur cet unique produit. Le Tori Ramen (鳥ラーメン) est plus exigeant que le Tonkotsu de Naritake ou d’Hakata Choten car la viande des gallinacés contient moins de graisse et il est plus difficile d’obtenir une consistance onctueuse. Plus difficile mais pas impossible. Et surtout plus rapide : quand il faut entre 12h et 18h pour le porc, quand il n’en faut que 6h pour le poulet. En plus, c’est moins gras, donc meilleur pour la santé. Enfin, sa saveur plus discrète permet de mettre en exergue le gout des autres aliments. Là où le Buta s’associe avec l’ail, le Tori se marie parfaitement avec le sésame. Chez Kodawari Ramen, il y a le choix entre deux bouillons : léger (Chintan) et épais (Paitan). Et chaque bouillon est décliné en deux recettes. Donc il y a pour le bouillon léger le Jidori Shoyu Soba à base de soja et de porc et le Jidori Shio Soba à base de sel, de suprême de poulet et de tomate rôtie à l’huile d’olive. Et pour le bouillon épais, il y a le Paitan Soba à base de poule fermière et de porc, et le Kurogoma Ninniku Soba avec une sauce au sésame noir, de la roquette et des pousse bambou. Ce sont ces deux dernières Ramen que nous avons prises et que vous verrez en photo. Malgré que le sésame soit bon pour la santé en diminuant le cholestérol, ce n’est pas ce que je préfère ; mais le bouillon noir est plus qu’impressionnant visuellement. Par contre, mon Paitan Soba était parfaitement salé, bien crémeux pour un bouillon sans porc et à des années lumières de celui d’Ippudo Paris, trop salé et trop dilué. Les nouilles, faites maison, sont plus épaisses que celles de ces concurrents, et parfaitement cuites, offrant une résistance sous la dent, tout en s’imprégnant parfaitement du bouillon. Ici pas de Gyoza et il n’y n’en aura jamais : à la place, un Tori Soboro Don, un bol de riz légèrement pimenté avec un hachis de poulet, et un Buta Chasu Don à base de porc et de Kombu, une algue. Très bon. En boisson, la limonade est de la Ramune Hata Kousen, nature ou à la fraise. D’ailleurs, une petite parenthèse s’impose sur l’impressionnante qualité des produits de Kodawari : poulet et porc label rouge, Chasu au porc Ibérique (saveur plus longue en bouche, je vous le conseille)… Mais le souci du détail va encore plus loin car les propriétaires ont leur propre champ de blé et ont mis en place un partenariat avec un meunier pour recréer la même farine qu’au Japon. Il faut dire aussi que le patron a travaillé dans des restaurants de Ramen au pays du soleil levant et même étudié dans deux écoles là bas ! Mais je ne vous ai pas tout dit : l’intérieur du restaurant reproduit à l’identique une échoppe Nippone avec son comptoir, ses lampions, son ambiance sonore et même bientôt sa machine à ticket. Là encore, le perfectionnisme va jusqu’à refaire de fausses installations électriques tentaculaires, des bouches d’égout de Tokyo et même un petit marchand de jouet. On s’y croirait. Je n’attends plus que la carte évolue avec les saisons avec des Sakura Ramen au printemps et des nouilles froides l’été. Une dernière chose, mais je me fais l’avocat du diable, pourquoi ne pas aller au bout du concept en créant un Chasu au poulet, justement ? Il en existe des recettes au Japon. Mais ce n’est qu’un détail et je ne saurais que vous conseiller de courir essayer Kodawari, une adresse sur laquelle il faut maintenant compter !

Du Mardi au Dimanche de 12h à 14h30 et de 19h à 22h30.

_DSC9354 _DSC9376_DSC9371 _DSC9379 _DSC9396 _DSC9380 _DSC9404 _DSC9348 _DSC9405 _DSC9399 _DSC9349_DSC9385 _DSC9350

Publicités

5 réponses à “Kodawari Ramen, 29 Rue Mazarine, 75006 Paris, France

  1. encore un article qui insuffle l’envie de découvrir le Japon et sa cuisine et qui au passage me fait mesurer tout ma méconnaissance de cette culture

    • Quoi ! Comment passer au travers du marketing que le Japon impose au reste du monde pour faire passer, à juste titre, la grandeur de sa cuisine !!
      Je plaisante, rassurez-vous
      Ce sera toujours avec plaisir que je partagerais mes expériences car votre commentaire me fait très plaisir, merci et bonne découverte.

  2. Pingback: [Annonce] こだわり – Kodawari – 神龍 – Shinryu·

  3. Pingback: CEC2J.com | Kodawari ramen·

  4. Pingback: Top 5 des meilleurs Ramen à Paris |·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s