Okuda, 7 Rue de la Trémoille, 75008 Paris, France

Après une expérience mémorable chez Sushi Okuda, j’ai décidé d’aller dans la maison mère pour tenter l’expérience Kaiseki (懐石) à Paris. A mes yeux, cette cuisine est la gastronomie des samouraïs et des damyos du XVIème siècle. J’imagine très bien Ieyasu Tokugawa, le premier shogun du Japon, dont la dynastie régnera près de 400 ans sur le pays du Soleil Levant, entrain de savourer ses différents petits plats qui changent en fonction des saisons. Et aujourd’hui, c’est ma saison préférée, l’automne avec ses couleurs jaunes-orangées et ses champignons. Le repas commence par différents amuse-bouche décorés de feuilles de ginkgo jaunes et d’érable rouges : une petite salade, un sushi pressé de maquereau, du thon cuit, de l’ormeau en gelé et un étonnant foie de ce coquillage. Noir, très fort et fondant, je ne saurais dire si j’ai aimé. Par contre, j’ai adoré les petites crevettes frites au sudachi (un citron vert local) : la cuisson est si subtile qu’on a l’impression qu’on voit la chaire crue au travers de la carapace devenue translucide. Le croquant est surprenant avec un goût naturel de crevette grise. Puis, un bouillon clair à la sole, champignon et cheveux d’ange de poireaux. Un plat très discret qu’il faut d’abord sentir : l’odeur fumée du dashi est un régal, une senteur très Nippone. La sole parfaitement grillée n’en reste pas moins tendre en son centre. Mais c’est le gout du consommé qui l’emporte, riche en umami, la 5ème saveur. Ensuite, arrive un trio de sashimi turbot, thon, seiche. Le premier, l’Hirame, n’a pas beaucoup de gout mais est bien ferme. Le second, O-toro, est fondant, un délice. Enfin, l’Ika, à laquelle on ajoute un peu de sel est tendre à souhait. Nous sommes alors à la moitié du repas et voici qu’arrive des brochettes de homard à la sauce de jaune d’œuf accompagnées d’un daurade grillée façon Yuan et d’un beignet de figue, un peu trop sucré à mon avis. Le Robusuta m’a le plus impressionné : chaud en son centre, presque cru, la panure arrive à être bonne sans tuer les arômes du précieux crustacé. A noter que l’ensemble est accompagné d’une espèce de chips d’alevins délicieuse mais un peu inquiétante, j’avais l’impression d’être regardé Je pense être arrivé à l’apogée du repas mais après les plats de la Mer, c’est au tour de la Terre de me rappeler qu’elle est aussi capable de produire le meilleur. Sur un mini-brasero où l’on peut encore voir les charbons ardents, arrive un bœuf Wagyu de Kagoshima (une ville à l’extrême Sud de l’archipel) ultra fondant et persillé comme il le faut, le parfait pendant au thon gras. Pour conclure ce repas salé, un très bon riz au crabe, avec une soupe miso très fruitée, des tsukemono (des légumes marinés) et une étonnante confiture de kombu. Je n’ai pas aimé cette dernière, trop sucrée-salée, avec une puissante saveur marine. Enfin, un dessert composé d’une poire caramélisée et une glace à la figue. J’ai choisi comme boisson un thé vert, parfaitement infusé et pas trop fort qui permet de bien libérer ses papilles entre chaque plats. Que conclure d’un tel repas ? D’abord, les différentes cuissons (grillades, à la vapeur, fritures) sont parfaitement maîtrisée : ce n’est jamais lourd, toujours léger et aérien. Ensuite, le chef  Shun Miyahara et les serveuses sont gentils et toujours souriants, prêts à répondre à vos questions ou à vous conseiller. Reste le prix, 150€, c’est très cher mais pour une expérience qui dure 2h et qu’on ne peut normalement faire qu’à Kyoto c’est parfaitement justifié.

Du Mercredi au Dimanche de 12h à 13h30 et de 18h à 21h30. Le Mardi de 18h à 21h30.

1-_DSC6691 1-_DSC6692 1-_DSC6693 1-_DSC6698 1-_DSC6700 1-_DSC6705 1-_DSC6706 1-_DSC6708 1-_DSC6712 1-_DSC6713 1-_DSC6721 1-_DSC6725 1-_DSC6726 1-_DSC6733 1-_DSC6736 1-_DSC6742 1-_DSC6746 1-_DSC6755 1-_DSC6757 1-_DSC6758 1-_DSC6764 1-_DSC6767 1-_DSC6771 1-_DSC6773 1-_DSC6776 1-_DSC6780 1-_DSC6785

Publicités

6 réponses à “Okuda, 7 Rue de la Trémoille, 75008 Paris, France

    • Aïe ! Aïe ! C’est malin, je vais ruiner tous les blogueurs à cause de cet article !
      Il y a aussi Kura dans le 6ème, c’est très bien aussi et moins cher.
      Mais c’est vrai que la Haute Cuisine Française s’est beaucoup inspirée du Kaiseki. C’est donc forcément cher. Ça me rappelle la Nouvelle cuisine dans les années 80 où tu avais un ridicule petit morceau de pleins de petites choses à la suite. heureusement, ce concept a disparu !

  1. Tiens c’est amusant j’y étais samedi il y a deux semaines.
    Si les plats étaient semblables (viande/poisson/sashimis), il y a quelques variations par ci par là tout de même entre nos deux menus (sur certaines entrées, le wan et le riz entre autre).
    Pour information, l’accord mets/vins tiens parfaitement la route. Seul un vin était un peu léger (le seul japonais d’ailleurs). 2 Dai-ginjo dans le lot aussi.
    C’est aussi amusant de voir qu’ils font venir leurs feuilles de ginko et d’érable du Japon.

    Le prix m’a semblé correct pour l’expérience du midi. C’est cher certes, mais explosion de saveur, et service adorable.

    • Je n’ai effectivement pas parlé des accords mets-vins car je ne bois pas d’alcool… Les autres clients ont aussi trouvé le vin Japonais étonnant
      Je ne savais pas que leurs feuilles venaient du Japon mais après tout, ils en sont capable !

    • Ah merci beaucoup ! C’est vrai que j’essaye d’écrire des commentaires meilleurs qu’au début. Je m’inspire de ce que m’a dis un autre blogueur culinaire : « tu dois me donner envie! ». Là j’ai réussi visiblement mais c’est dur de faire bien à chaque fois.
      Pour cet article, je me suis mis à l’écrire juste en sortant du restaurant avec le menu imprimé et j’ai essayé de me souvenir des saveurs en regardant les photos.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s