Le Comptoir Japonais, 3 Rue Ternaux, 75011 Paris, France

Étrange. Le Comptoir Japonais est un endroit… unique. Déjà, il faut trouver la devanture bleue cachée pour ensuite s’assoir dans un bric-à-brac composée d’une cuisine, de tableaux, de photos et de vases. Ensuite vient le bento où tous les produits sont bio. Nous avons choisi le tori teriyaki (poulet sauce sucrée) et le buta kakuni (porc mijoté). Le goût est vraiment Nippon, pas de problème. Par contre, le service était, comment dire, folklorique mais sympathique. Mais la propriétaire Japonaise n’étant pas là, il ne faut juger sur cette première impression. Enfin, argument qui en séduira plus d’un, le prix : 12.5€ à midi, thé compris. Imbattable. Je recommande.

Du Lundi au Samedi de 12h à 15h. Soir et week-end sur commande : 06 10 24 06 53.

_DSC8002 _DSC0273 _DSC0270 _DSC8019 _DSC8018 _DSC7999 _DSC0269 _DSC7998 _DSC8016 _DSC0267 _DSC7995 _DSC8014 _DSC8010 _DSC0285 _DSC8008 _DSC0279 _DSC0277 _DSC8007 _DSC8006 _DSC0276 _DSC0274 _DSC8004

 

Publicités

8 réponses à “Le Comptoir Japonais, 3 Rue Ternaux, 75011 Paris, France

  1. L’endroit est atypique c’est vrai. J’y ai mangé une fois il y a quelques mois lorsque mon amie Valérie y préparait chaque lundi et mardi un repas basé sur la shojin ryori (la cuisine des temples, 100% végétal donc). Je ne sais pas qui cuisine le reste du temps, mais j’ai cru comprendre que cela change régulièrement. Il y a aussi parfois un grand chef qui y donne des cours. Comme tu l’as dit, tous les produits sont bios, et viennent d’une ferme de Milly La foret.

    • La Shojin Ryori je l’ai raté à Tokyo et c’est impossible à trouver en Europe. Ou rarissime, tu as eu de la chance.
      L’endroit manque de promo car c’est vraiment bien.
      La serveuse (en formation) m’a dit que les produits venaient du Portugal (alors que le site web indique Milly). Bizarre !

      • Mon amie prépare également un livre sur le sujet, et je suis sûr qu’elle refera des évènements culinaires prochainement. Je te tiendrais au courant si tu veux. Pour la ferme, j’ai l’impression que la ferme de Milly est associée avec des fermes au portugal (d’après le site, il développe des projets en commun, avec je crois, l’idée d’adapter des fruits et légumes japonais au climat européen). Apparemment, ils ont réussit à acclimater le yuzu. On devrait donc avoir une production locale d’ici quelques années.

      • Oui bien sur ça m’intéresse ! Quel genre de livre ?
        Je ne savais pas pour le yuzu. D’un côté c’est dommage, dans 10 ans, on en mangera comme des oranges, cela perdra de son charme, l’Europe va s’en mêler et il va y avoir des pesticides dedans !

  2. Je te tiendrai au courant pour le livre sur la cuisine des temples. Je ne connais pas la date de sortie. Ce sera basé sur son expérience à elle, ses séjours dans les temples, sa vie au Japon…
    Pour le yuzu (et d’autres produits) je crois que c’est une bonne chose de développer une production plus locale, parce que importer des produits frais d’aussi loin, c’est pas génial, et en plus leur traçabilité peut être sujet à de nombreuses questions (à cause de Fukushima).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s